Hironori Takahashi – [MM AUDIO 003]

Hironori Takahashi – [MM AUDIO 003]

Hironori Takahashi

MM Audio nous vient d’Italie. Derrière ce petit label qui n’a que trois sorties à son actif, Giuseppe Fatalino (Drafted), Antonio Dragone (Unthone), Stefano Brescia et Giuseppe Gimmi assurent à peu près toutes les tâches courantes : logistique, évidemment, mais également direction artistique, production et management. « Notre boulot consiste à rechercher de la musique », nous confie Stefano, contacté par mail, « et nous passons ainsi de nombreuses heures à en écouter ». Principalement les démos qu’ils reçoivent, nombreuses, et qui ne correspondent quasiment jamais à l’idée sonore que veut véhiculer le label, car, explique-t-il « nous voulons que notre label ait une véritable identité sonore ». Or, bien souvent, les démos sont impertinentes. Un label exigeant avec lui-même, à l’évidence. Et avec deux premières sorties signées par les boss du label eux-mêmes (Drafted et Unthone, donc), la troisième release s’ouvre enfin à un cercle extérieur. Stefano avoue avoir été littéralement « frappé par la sortie d’Hironori Takahashi » (soundcloud), le Japonais qui est à la baguette du troisième EP.

Il a déjà pas mal de sorties à son actif sans véritablement appartenir à une écurie particulière. Avec lui, MM Audio présente une face résolument deep et mystérieuse. La techno lourde du Japonais est apparemment très simple : un kick imposant qui prend de la place, des nappes vaporeuses et une petite touche de sonorités qui empruntent aux codes de la minimal. Rien d’exceptionnel, a priori. « Ce n’est pas une techno facile et, pour être comprise, elle nécessite une oreille vraiment attentive – vous verrez qu’elle est extrêmement recherché… si vous faites cet effort », poursuit Stefano.

Car cette techno, en effet, est d’une intensité énorme. Il suffit simplement de se concentrer sur la nappe de fond pour prendre le kick en pleine gueule, ou de se focaliser sur ce dernier pour se laisser transporter dans un voyage atmosphérique dont l’image, presque cinématographique (on s’imagine des plaines perdues ou des montagnes enneigées), resplendit de sa foudre flamboyante. Hironori Takahashi a composé un disque incandescent, et le design sonore, irréprochable – et absolument primordial dans ce genre de musique -, confère à l’ensemble une portée réellement palpitante. C’est un disque épique, intense et foudroyant. Et d’une simplicité apparente remarquable – là réside toute la prouesse artistique du Japonais.

On attend avec impatience le prochain EP, qui comprendra trois morceaux du Londonien Fundamental Interaction, un artiste qui a signé deux disques sur le label Lyonnais CLFT, et un remix de Binny, originaire de Liverpool.


Victor